Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Eclair et la Lanterne

De la lecture, de l'écriture et de la vie en général.

Atami (6)

Avant de reprendre le train, j’obtiens in extremis ma visite du Museum Of Art. Une longue volée d’escalators luminescents nous mène en haut de la colline. L’endroit semble extraire mon mari de sa carapace de mépris ; il commente chaque estampe, chaque Bouddha, chaque manuscrit. Je retrouve un instant l’homme cultivé et prévenant que j’ai connu ; l’espoir revient, un bref instant. A la sortie, tandis que je fais le plein de marque-pages délicatement ouvragés pour mes amies, il s’offre même le catalogue l’exposition en cours.

Le jardin est celui d’Ogata Kôrin, qui a légué au musée un paravent classé trésor national. Pas celui aux iris, malheureusement, qui m’avait inspiré un ikebana très réussi ; mais je suis quand même contente de pouvoir visiter sa résidence d’Atami, et de voir comment cet esthète vivait. Riche héritier, il eut tôt fait de manger en jeux et en plaisirs la fortune que lui avait léguée son père. Il se résolut, pour faire vivre femme et enfants, à vendre ses peintures. Par chance, ses oeuvres plurent il et devint célèbre.

Il y a des hommes qui attirent l’argent, me dis-je en remontant, hors d’haleine, le jardin de bambous transpercé de pousses épaisses, presque aussi hautes que moi. Je soupçonne ce musée flambant neuf, seul endroit d’Atami à échapper à la décrépitude, d’être protégé par son fantôme. Mais non, rétorque mon mari. Ce fils de bonne famille avait des relations : acheter ses tableaux revenait à ne pas lui faire l’aumône, c’est-à-dire, à ne pas lui faire perdre la face.

C’est possible, c’est même évident ; mais, en arpentant ses allées proprettes bordées de verdure éclatante, de petits ruisseaux ondoyants et d’élégantes fontaines, puis en m’asseyant sur le rebord de son pavillon de thé, et enfin en m’invitant dans sa maison rustique, ouverte aux quatre vents, avec une petite pièce spéciale pour s’habiller, j’en retiendrai surtout une chose : cet homme avait du goût, et n’a pas volé son succès.

 

FIN

***

Texte et photos : 2015

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article