Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Eclair et la Lanterne

De la lecture, de l'écriture et de la vie en général.

Jean-Louis Fargeon, parfumeur de Marie-Antoinette (Elisabeth de Feydeau)

 

Né à Montpellier dans une famille de parfumeurs, le jeune Jean-Louis est ambitieux et monte à Paris dès la fin de son apprentissage. Recommandé aux gens qu’il faut, il reprend rapidement une boutique rue du Roule, et il épouse Victoire, fille d’armurier à la tête froide, qui l’aide à faire prospérer son commerce. Plébiscité des aristocrates pour sa bonne mentalité, il devient le parfumeur attitré de Marie-Antoinette et même de son soupirant Fersen, ce qui lui sera reproché à la Révolution – c’est notamment lui qui composa le nécessaire de toilette qu’elle réclamait pour sa fuite à Varennes.

Quoique scrupuleusement documentée, cette biographie se lit comme un (passionnant) roman. Les Parisiens des quatre premiers arrondissements auront le plaisir d’y reconnaître les rues qu’ils ont l’habitude de fréquenter, et même une parfumerie rivale qui existe encore, Oriza, rue Saint-Augustin. C’est aussi un livre sur la cour de France, décrite sous l’angle inattendu de la coquetterie (dans ces couloirs nauséabonds, on l’était forcément plus ou moins, et presque toujours à crédit), mais aussi sur les savoir-faire qui ont fait la réputation de notre pays, dont la mode, avec l’extravagante Rose Bertin dont les créations s’arrachaient.

Une fois que Fargeon a réussi à sauver sa tête des jaloux qui en voulaient à sa fortune, on peut souffler et le refermer avec le noble sentiment d’avoir côtoyé, nous aussi, un homme exceptionnel !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article