Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Eclair et la Lanterne

De la lecture, de l'écriture et de la vie en général.

Un roman russe (Emmanuel Carrère)

Je ne le savais pas quand j’ai acheté ce livre, séduite par son titre, mais Emmanuel Carrère est le fils de l’académicienne Hélène Carrère d’Encausse.

J’ai craint tout d’abord de m’ennuyer avec cette énième « histoire d’un écrivain qui » : fou amoureux d’une femme dont l’origine modeste l’empêche de s’intégrer à son milieu, il se rappelle que ses ancêtres eux-mêmes étaient sans le sou… et il va sauter sur l’occasion de tourner un documentaire dans une minuscule ville perdue au fin fond de la Russie pour renouer avec ce qui aurait pu être sa langue maternelle.

Il en tire un récit que j’ai trouvé intéressant, bien loin des niaiseries porno-trash de Beigbeder (les passages les plus salés lui valant toutes sortes d'ennuis), avec même de l’action et du suspense (et un meurtre !). Sa dépression lui permet de tolérer l’esprit local (haut en couleurs), et contraste agréablement avec la routine de sa vie parisienne (à sa place, j’aurais largué cette Sophie bien avant, mais passons).

Les apprenants en russe et autres aventuriers ayant déjà mis les pieds dans une petite ville du cru se retrouveront dans son récit, et les amoureux de l’introspection seront comblés par sa sincérité : il ne cherche ni à se vanter ni à se déprécier, seulement à trouver une issue à ses problèmes de fils de famille à qui l’on a interdit d’être malheureux.

Au final, il semble y être arrivé et c’est tout le mal qu’on lui souhaitait !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article