Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Eclair et la Lanterne

De la lecture, de l'écriture et de la vie en général.

Extrait de roman (4)

Pierre s’en voulut, après coup, d’avoir sélectionné l’option sans préservatif, celle qui avait fait reculer Gulshat quand, après vingt minutes de baisers passionnés, il l’avait basculée sur le canapé en cuir pleine fleur de la salle de réunion. Puis il se rassura en se disant qu’à ce prix-là, la fille ne pouvait pas décemment lui refiler une chaude-pisse.

Il avait besoin de boire. Yerlan le conduisit dans un tripot excentré où il pouvait être certain de n’être ni connu, ni reconnu. Il y descendit cinq ou six vodkas dans une atmosphère saturée de viande frite et de cigarettes. Les armoires à glace venues s’encanailler aux tables voisines lorgnaient de façon insistante sur son costume trois pièces, mais il en fut quitte pour quelques questions anodines sur son Land Cruiser V8 toutes options.

Assis à ses côtés devant un Cola local et un hot-dog, Yerlan assurait la traduction en attendant que le patron se remette de ses émotions. Rien, sinon sa loyauté, n’obligeait ce garçon à travailler aussi tard. Le lendemain, il serait sur le pont à huit heures, pour l’emmener au bureau. Yerlan était un frère. Il allait le faire augmenter.

A son retour dans la chambre conjugale, Pierre ne trouva pas Clémentine. Il entrouvrit la porte de la chambre d’amis, s’attendait à se faire sauter à la gorge ; mais elle était profondément endormie, recroquevillée en chien de fusil sous leurs deux dessus-de-lit superposés. Il n’en revenait pas : ne s’était-elle pas inquiétée ?

Au matin, il la retrouva attelée à la préparation du petit-déjeuner. Cette attention, qui avait un temps amélioré leurs rapports, l’agaça plus qu’autre chose : ses saucisses, il les aimait frites, nom d’un chien. Pas réchauffées au micro-ondes. Finalement, ce fut elle qui déclencha les hostilités :

Gulshat a encore oublié nos factures.

Elle n’avait pas l’air de réaliser à quel point il en avait marre de cette fille, lui aussi.

 - Et alors ? Grogna-t-il, en se confectionnant un sandwich.

  - Internet est en panne.

- Il me semble qu’elle est en congé…

- Tu sais bien que tu dois envoyer ton rapport à Smith.

Smith était leur PDG. Pierre devait passer la journée en banlieue, il avait deux jours de retard, et il ne se serait pas risqué à repasser au bureau en fin de soirée : il craignait beaucoup trop d’y trouver la fautive, qui, en plus de se faire payer des heures supplémentaires à ronfler derrière son ordinateur, avait déjà suffisamment semé la pagaille dans sa vie comme ça.

- Nom de Dieu… J’avais oublié ça.

Il réfléchit un bref instant, et reprit :

- La banque se trouve de l’autre côté de l’immeuble. Tu ne veux pas faire ça pour moi ?

Ecœurée par son haleine d’outre-tombe, improbable mélange de pizza surgelée, d’ail frelaté et de bourbon mal digéré, Clémentine eut un mouvement de recul :

- Je rêve, ou tu me demandes de faire son travail ?

- Tu n’en as que pour un quart d’heure, insista Pierre. 

- Je ne suis pas certaine de pouvoir le faire en russe, objecta-t-elle.

- Yerlan t’accompagnera. Avec toi, ce sera plus sûr. Je n’ai pas confiance en Gulshat.

- Dans ce cas, que fait-elle encore à ce poste ?

Sans un mot, il alla s’enfermer dans son cabinet de toilette. La veille, lorsqu’il avait tenté de s’en débarrasser, Gulshat s’était lancée dans une tirade digne des Misérables, qui l’avait contre toute attente radouci. Il lui donnait au moins raison sur un point : de quoi se plaignait-elle, cette petite Blanche trop gâtée qui avait eu la chance de naître du bon côté de la planète ? Elle avait le три комнаты dont rêvaient 99% des Kazakhes, de la beauté et de l’argent à ne savoir qu’en faire, et dont elle ne faisait d’ailleurs rien. Les filles comme Oxana et Gulshat se démenaient du matin au soir pour se sortir de la misère. Clémentine pouvait bien, une fois de temps en temps, se charger en personne de régler leurs factures !

***

Tout ce qui bouge, p. 43-44 sur environ 260.

Photo : Claire Galvin, un mariage kazakh, juillet 2012.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article